Vauillez activer JS

Ophtalmologie Pediatrique

OPHTALMOLOGIE PEDIATRIQUE

L’ophtalmologie pédiatrie correspond au dépistage des troubles de la vision et des pathologies oculaires chez l’enfant. Elle concerne tous les âges, du nouveau-né jusqu’à l’adolescent.  Le dépistage de ces anomalies doit être effectué les plus tôt possible afin d’optimiser leur traitement.
 
A partir de la naissance, la vision de l’enfant se développe progressivement jusqu’à atteindre l’acuité de 10/10ème vers l’âge de 5 ans. Son bon développement est conditionné par les différentes expériences visuelles rencontrées ainsi que par une absence de troubles ophtalmologiques. Il est donc primordial de faire contrôler la vision de vos enfants, dans le cadre d’un dépistage à certains âges clés : 1 an, 3 ans et 6 ans.
 
Vous, en tant que parents, pouvez participer à la détection précoce de ces anomalies en faisant un test simple à la maison : lorsque l’enfant joue ou se focalise sur une tâche, cachez l’oeil droit et analysez le comportement de votre enfant. Puis, cachez l’oeil gauche afin de comparer le comportement entre les 2 yeux. Si vous constatez une différence, il y a certainement une anomalie à dépister.
 
D’autres signes peuvent par ailleurs vous amener à consulter :
-          Naissance prématurée
-          Antécédents familiaux de myopie, strabisme, amblyopie
-          Suspicion de strabisme
-          Anomalie palpébrale ou pupillaire
-          Conjonctivite
-          Larmoiement chronique
 
L’examen ophtalmologique débute par une estimation de l’acuité visuelle, un bilan orthoptique ainsi qu’un fond d’œil réalisé par l’ophtalmologiste spécialisé. Cela permet d’éliminer toute pathologie ou trouble réfractif.

Spécialisée en pédiatrie, le Docteur BUFFET ainsi que notre orthoptiste M. THILLIER vous accueillent les mercredis au sein du cabinet.

Quelques notions en pédiatrie :
Le strabisme : Défaut de parallélisme entre les deux yeux lié à un problème dans l’alignement des axes visuels, plus communément appelé « œil qui louche ». Il peut être en convergence comme en divergence, et de valeur variable.
L’œil fixateur se développe alors normalement, tandis que l’œil dévié ne perçoit pas la bonne image et est neutralisée par le cerveau. L’œil strabique a donc un fort risque d’amblyopie si aucun traitement n’est effectué.
Le traitement commence par la prévention de l’amblyopie par occlusion de l’œil fixateur afin de stimuler la vision de l’œil dévié, la recherche d’une amétropie afin de contrôler au mieux l’angle strabique et enfin une chirurgie des muscles pourra être proposé si nécessaire.
 
L’amblyopie : Se dit lorsqu’un ou les deux yeux ont une acuité visuelle diminuée. Elle apparait lorsqu’un œil ne se développe pas correctement soit par un strabisme, soit par privation d’images (comme par exemple : cataracte congénitale).
Il est important de la diagnostiquer le plus tôt possible afin d’effectuer la rééducation nécessaire à la récupération de la vision. Nous effectuons alors une occlusion du meilleur œil par pose d’un patch occlusif afin de stimuler l’œil en difficulté.
 
La leucocorie : Reflet blanc dans la pupille. Il peut être observé facilement avec un flash d’appareil photo et témoigne d’une pathologie importante (persistance du vitré primitif , cataracte congénitale, rétinoblastome, colobome papillaire,…). Cette anomalie est grave, il faut consulter en urgence.
 
Le nystagmus : Mouvements oscillatoires involontaires d’un seul ou des deux yeux, témoignant d’une pathologie oculaire importante. Il n’existe pas de traitement permettant d’arrêter ces mouvements, mais l’étude de leur étiologie et des différentes positions de tête résultantes doit être menée.
Le chalazion : Produit par l’inflammation d’une glande de meibomius, il se traduit par la formation d’un kyste situé au milieu de la paupière. Chaque paupière présente 30 à 40 glandes, lorsqu’une d’entre elle se « bouche », un chalazion apparait. Cette pathologie n’est pas grave, mais doit être traitée convenablement.